Traitements et procédures

Un traitement adapté selon la sévérité de la rosacée

 

Le traitement repose sur la prescription de médicaments à appliquer localement (émulsion, crème ou gel) et/ou à prendre par voie orale. Il peut être associé à des traitements physiques (laser, électrocoagulation) en cas de rougeur et/ou de couperose.

Les produits dermo-cosmétiques ne permettent pas de traiter la rosacée, ils peuvent toutefois être utilisés en complément d’un traitement topique ou oral ou d’une procédure.

A ce jour, il n’existe pas de traitement curatif, c’est-à-dire qui traite définitivement les signes cliniques, mais uniquement des traitements qui prennent en charge ces signes cliniques.

 

Traitements topiques et oraux

 

Il existe plusieurs traitements topiques ou par application locale. Ils se présentent sous forme d’émulsion cutanée (fluide), gel ou crème. Ces traitements permettent notamment de réduire les papules et les pustules (boutons inflammatoires).

Les traitements par voie orale sont principalement des antibiotiques de la famille de la Doxycycline, qui sont utilisés pour leur action anti-inflammatoire, la rosacée n’étant pas une maladie infectieuse.

 

Les traitements locaux sont à utiliser quotidiennement et au long cours car la rosacée est une maladie chronique pour laquelle il n’existe pas de traitement curatif.(2)
-
Pour en savoir plus, parlez-en à votre médecin ou à votre dermatologue.

 

Procédures

 

Il existe différents types de procédures permettant de traiter la rosacée :

 

  • Les lasers vasculaires et les lampes pulsées :

 

L’objectif de ces procédures est de réduire l’érythème et les vaisseaux altérés, dilatés responsables des rougeurs. Ces procédures ne traitent pas les boutons inflammatoires (papules, pustules).

Le traitement par laser nécessite en moyenne deux ou trois séances de quinze à trente minutes. Les séances sont généralement espacées de quatre à six semaines.
Elles ne doivent pas être effectuées sur des peaux bronzées et sont généralement faites l’hiver. Les lasers ne permettent pas une guérison définitive. Si les lésions réapparaissent, il est possible de refaire de nouvelles séances.

Le traitement par laser est moins douloureux que l’électrocoagulation. Il peut toutefois entraîner quelques rougeurs, un gonflement temporaire de la peau ou une sensation de brûlure, qui s’estompent quelques minutes à quelques heures après la séance.

Par ailleurs, le traitement par lampes pulsées (IPL) permet d’agir contre les signes cliniques vasculaires de la rosacée, notamment en cas de couperose et/ou d’érythrose.

Environ trois à six séances sont nécessaires pour obtenir un résultat satisfaisant. Une séance dure une vingtaine de minutes.

 

  • L’électrocoagulation :

 

Moins utilisée depuis que le laser s’est généralisé, l’électrocoagulation consiste à coaguler un à un les vaisseaux sanguins à l’aide d’une fine aiguille de bistouri électrique.

Cette procédure peut nécessiter de multiples séances lorsque les lésions sont étendues. L’électrocoagulation est une technique qui peut être douloureuse et qui peut entraîner de légers saignements.

 

 

Haut de page